LA CUISINIERE ET LE DIPLOMATE

Or donc il advint aussi de jolies aventures tandis que je courais les prairies de la PMI

Je m’en vais donc vous narrer les chroniques de la cuisinière et de l’ambassadeur.

Dans un pays du sud tout parfumé d’épices vivait une jeune et talentueuse cuisinière.Sa réputation attira l’attention de Son Excellence l’ambassadeur d’un pays d’Orient qui souhaita s’attacher ses services,En tout bien tout honneur,Messieurs Dames.

La jeune cuisinière fit le bonheur gustatif des invités de Son Excellence. A tel point que lorque fut venu pour lui le temps de changer de poste et de pays,tout naturellement il embarqua dans la valise diplomatique son Vatel en jupons.

Et fouette cocher,en avant pour l’est et son climat si loin de celui du Sud.

Notre jeune dame s’étiola bientôt dans les brumes du Nord.Mais Son Excellence entendait bien garder celle qui réjouissait tant les papilles de ses invités.Pas question de laisser s’envoler l’oiseau..

Notre jouvencelle se débrouilla comme elle put pour se glisser hors de la cage dorée.De passeur en passeur elle finit par arriver dans notre beau pays de France.Sans papiers,sans bien autre que son talent de cordon-bleu. Mais chemin faisant elle rencontra un beau jeune homme ( enfin je suppose) et arriva ce qui devait arriver

Notre cuisinière se retrouva bientôt dans une situation embarrassante.

Poussée par la nécessité elle s’en vint raconter ses aventures à un fabuleux duo.Si si,je pèse mes mots.En l’occurence une assistante sociale de secteur et une sage-femme de Pmi qui ,ô miracle, la crurent malgré les cris d’orfraie de leurs collègues hululant à l’arnaque.

Pour reconstituer son périple et tenter de constituer un dossier de demande d’asile,les deux commères décidèrent de creuser du côté de l’ambassade.Et nonobstant les ricanements des collègues tirèrent à pile ou face celle qui appellerait.

Ce fut moi .

Une aimable standardiste confirma qu’effectivement notre jeune héroïne avait œuvré aux fourneaux.La première pièce du puzzle..

On passa au secrétaire de l’Ambassadeur.

Sur la pointe des pieds de la prudence,j’expose notre problème.Oui,vraiment ce serait une formidable aide si nous pouvions argumenter de ce séjour de notre jeune femme parmi le personnel de cette ambassade d’un pays ami…Et demander grâce à cela un titre de séjour en France…De quoi se prendre la langue dans les franges du tapis de la diplomatie internationale.

Froid glacial à l’autre bout du combiné.

Je raccroche complètement paniquée et désespérée.Non seulement nos espoirs de régularisation tombent à l’eau,mais Son Excellence qui visiblement n’a pas approuvé le départ de son employée sait maintenant où elle a trouvé refuge.Damned tout est fichu…

Pendant un bon moment l’AS et moi nous allons ruminer notre échec.La jeune femme ne nous en veut pas,elle essaie même de nous consoler en nous répetant qu’au moins on a essayé.

Et puis miracle,un splendide matin le facteur nous monte une grosse enveloppe à en tête de l’ambassade de ….

A l’intérieur passeport,visas en règle et même,ô miracle,un certificat de travail en bonne et dûe forme avec recommandations élogieuses en commentaires…

Et un petit mot très bref de la main de Son Excellence Audaces Fortuna juvat….

J’aime autant vous dire que notre félicité fut totale quand notre cuisinière reçut en fin de compte son premier titre de séjour !!

Ah qu’elles étaient splendides et mémorables les réceptions de l’ambassadeur

Une réflexion au sujet de « LA CUISINIERE ET LE DIPLOMATE »

Répondre à faribole Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *