Archives mensuelles : septembre 2016

PUISQU’ON VOUS DIT QUE C’EST POUR VOTRE BIEN

Quand l’hôpital se croit obligé de faire le bien des patients sans leur consentement,grrrrrrrrrrrrrrrrrr.Et du moment qu’on est à peu près certains qu’elles n’y comprennent rien,on peut leur faire tout et n’importe quoi.De préférence quand elles sont un peu pas d’ici et supposées pas assez éduquées  pour se plier à nos diktats.ou pas assez fines pour comprendre toutes les injonctions médicales qu’on leur braille (c’est normal,tout le monde sait bien que le français hurlé passe mieux niveau compréhension).C’est vous dire si j’ai des occasions de ronchonner,vu que toutes mes patientes sont estampillées label Services Sociaux.Et donc au mieux modèle famille Groseille,au pire à peine capables de comprendre ce qui se passe dans leur utérus.

C’est tellement rôdé dans la tête de mes collègues hospitalières que quelquefois elles ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur dossier (pardon,collègues) et me font suivre des patientes qui en vrai n’en ont absolument pas besoin.Je ne dis rien,ce sont mes dossiers-relax,héhé.

Or donc,en début d’année,les urgences,en bon nœud de triage instantané,m’adressent une patiente parce qu’elle est turque(si si ) et depuis très peu de temps en France donc présupposée sans papiers et sans droits ;elle doit relever donc automatiquement de mes compétences.Or il se trouve que la jeune dame en question est née de l’autre côté du Rhin,qu’elle est de nationalité allemande et bénéficie d’une prise en charge européenne.Nous conversons dans la langue de Goethe, puisqu’elle ne comprend pas le français et que je me débrouille encore assez bien pour lui expliquer le suivi de grossesse,les examens( y compris les marqueurs HT21 -qu’elle refusera- j’ai le temps,elle est à peine à 10 semaines de grossesse) J’en profite eu égard à son rhésus négatif pour glisser la prévention Rhésus.Après avoir bien réfléchi,elle décline aussi l’injection .

Elle me trouve sympa,j’entrevois un dossier reposant.on se dit en allemand ,bien sûr que si sa grossesse se passe bien,on peut faire un bout de chemin ensemble. Je vais donc la suivre en prenant soin de noter EN GROS en gras en rouge à chaque consultation qu’elle ne souhaite pas d’injection préventive.Ce qui est son droit même si je n’en pense pas moins.Nous franchissons haut la main le cap des 33 semaines.

La semaine suivante,elle passe aux urgences pour un banal rhume.Elle ne reviendra pas à la consultation suivante,elle me téléphonera en pleurs pour me dire qu’elle accouchera dans une autre maternité.

Aux urgences,sans la prévenir ni lui demander son avis on lui a fait cette fichue injection qu’elle refusait.Elle a compris après coup et ne décolère pas.

ET MOI DONC.

C’était son choix, en toute connaissance de cause.

Il y a encore du chemin,non,face au pouvoir médical ?Et je n’ai donc pas fini de grommeler,moi!