Archives mensuelles : janvier 2016

OMBRE

Je voulais écrire un petit article.Pas bien drôle, sans doute, parce qu’en ce moment la vie ne tourne pas plus rond à la mater que ce qu’on en voit dans les journaux télévisés.
Mais bon,je pensais trouver un petit quelque chose de réconfortant.Une petite histoire qui vous ferait venir un léger sourire aux lèvres au moins.
J’ai convoqué mon triumvirat cérébral personnel.
Watson et ses coups de cœur.
Sherlock et ses scrupules administratifs.
Le Bibliothécaire et ses carnets-souvenirs débordants de prénoms et de visages.
On a agité la malle en tout sens,en se disant qu’il nous restait bien dans un petit neurone une image souriante,un clone de Tchoutchanpotche agitant sa main au dessus de la boîte de biscuits.
On a cogité,cherché.
On a ramené à la surface autant de dossiers sinistres que les vidangeurs du Canal Saint Martin ce mois -ci.
Des récits de souffrance identiques à ceux de Mamounette la grand-mère arménienne de mes 20 ans.
Des récits de guerre identiques à ceux du petit Docteur C. venu de la baie d’Halong dans un boat-people, comme on disait alors.
Des récits de misère .
Des récits de honte ravalée quand les poubelles de nos trottoirs se transforment en supermarché pour migrants .
Des récits sordides de survie à tout prix quand il ne reste que sa dignité à vendre.

On n’a pas trouvé.
On s’est juste juste serré les uns contre les autres dans ma tête pour faire une place à la recrue qui s’est glissée à nos côtés.Une ombre silencieuse et endeuillée.
C’est le nouveau membre de l’équipe,Madame Désespoir.
Parce que des femmes enceintes dorment dans la rue et qu’il n’y a pas d’hébergement possible.
Parce qu’elles ne font souvent qu’un repas dans la journée  et qu’il n’y a pas d’association pour les nourrir plus souvent.
Parce que nous détournons les yeux pour ne pas y penser le soir en rentrant chez nous.
Parce que de plus en plus de voix susurrent qu’elles n’ont rien à faire chez nous,ces trouble-fête qui voudraient profiter de notre vie à nous.

Parce que Sherlock se désespère de ne pas pouvoir respecter la justice .
Parce que le Bibliothécaire se désespère de voir ressurgir de vieux démons  .
Parce que Watson se désespère de n’avoir plus la force de protester .