Archives mensuelles : avril 2015

KAJ ZHAS AMEN, ROMALES

Aujourd’hui je suis en colère.
Très en colère.
Encore un peu plus que d’habitude.
Je vais finir par vous lasser, je crains.
Je suis en colère contre une collègue que j’apprécie par ailleurs pour ses qualités professionnelles.
Je suis en colère contre les petites réflexions quotidiennes des équipes, comme ça, mine de rien, contre les patientes trop jeunes,trop vieilles,trop grosses, trop indociles.
Trop voilées.
Trop exotiques.
Trop étrangères.
Bref trop pas comme nous.
En colère contre moi aussi.J’aimerais dire que je suis fidèle à mes quinze ans,fidèle à Papa Plume et à nos indignations contre l’injustice et le mépris.
Mais je relève de moins en moins les vilaines petites phrases qui enlaidissent à pas feutrés les bonnes âmes de maintenant.
Je détourne les yeux quand une collègue monte en décibels sous prétexte que la patiente comprendra bien mieux le français hurlé.
Je me bouche les oreilles quand un « En même temps à quatorze ans,qu’est ce qui la pousse à écarter les jambes comme ça » jaillit dans le dos d’une ado enceinte.
Je relève à peine le sarcasme qui accueille la ribambelle de marmots remorqués dans une inhospitalière salle d’attente par un majestueux boubou, allez encore une qui ne fait des mômes que pour les allocations,alors que la pilule c’est pas fait pour les chiens

Je me lasse.
Je me déçois.

Et puis de temps en temps, quand même je me retrouve.
Comme hier.
Quand l’anesthésiste a refusé de recevoir avec une moue de dégoût une patiente rom arrivée avec une heure de retard .
Sûr que l’odeur des palettes de bois brûlées en chauffage incommode les narines proprettes et diorisées de Miss Chloroforme.

Tant pis pour elle si la police est venue la semaine dernière dans le camp bricbroqué pas trop loin de l’hôpital.
Tant pis pour elle si les caravanes vétustes ont repris la route vers un autre terrain vague à vingt kilomètres de là.
Tant pis pour elle si elle a vaillament marché durant près de trois heures pour honorer ce foutu rendez-vous matinal,si elle a fait la queue pour avoir des étiquettes debout au guichet .
Tant pis tant pis tant pis!Miss Chloroforme en a marre des gens en retard, elle en a sa claque des gens sans sécu qui mangent les bénéfices de l’hôpital avec leurs exigences de vivre comme les honnêtes citoyens respectables.Elle bosse, elle et c’est pas pour des étrangers,surtout ceux-là, qu’elle va bouleverser son planning, et d’abord c’est l’heure de manger.
Pas question de la recevoir,elle n’a qu’à reprendre rendez-vous et être à l’heure cette fois.

J’ai fermé la porte du bureau le plus calmement possible.Même comme ça ,j’ai fait un peu de bruit.
J’ai pris la main de Rahéla qui pleurait – elle s’en fiche bien que je cite son prénom,vu que là-bas dans les montagnes où elle est née,personne ne lui a proposé de venir à l’école.Elle ne sait pas lire de toute façon.
Je ne lui ai pas donné d’autre rendez-vous, je m’en fiche, ils se débrouilleront quand elle accouchera.
J’ai pris mon manuel de roumain,celui qui la fait bien rire quand j’essaie de baragouiner mes laborieuses explications.
On est allées à la cafétéria,elle a goûté à plein de choses en riant comme une petite fille.
On a nommé tout ce qu’on voyait chacune dans notre langue.
En vrai, elle a seize ans, elle est belle comme Esméralda la gitane, comme Carmen la cigarière.
Elle m’a embrassée et elle est repartie en agitant la main vers son misérable chez-elle.
Derrière elle j’ai fait le signe de protection que m’avait appris il y a longtemps un garnement tsigane.,

En passant devant le bureau de l’anesthésiste,je me suis retenue de faire le mauvais sort.Des fois que ça marcherait.mais j’ai dû résister,ah oui.