GUERRE

Je m’étais dit que j’allais vous envoyer une petite lettre sympa, une chouette histoire de Noël avec joli décor hivernal, flocons qui tourbillonnent gracieusement sur fond de nuit de garde et miracle de la vie, paquet cadeau de fin d’année pour mes fidèles et endurants lecteurs.
J’avais même choisi le titre, tiens, la cigogne de Noël, un vrai conte à vous embrumer les yeux de joie et de sérénité.
Mais cet après-midi, ma belle enluminure s’est consumée dans les larmes de la patiente que je recevais.
Elle m’a dit l’indicible.

J’ai écouté l’inaudible récit.

Elle m’a rappelé l’horreur absolue qui s’en prend aux femmes, aux faibles, aux humains que d’autres humains écrasent et réduisent à néant.
Elle est d’un pays en guerre, peu importe lequel.Ils se valent tous quand les hommes sont barbares et écrasent tout ce qui s’oppose à leurs saletés de croyances.
Elle a été violée,violée et encore violée, elle connait le nombre exact de ses bourreaux.
Son mari et ses fils ont été assassinés devant elle et sa fille de 8 ans qui est morte elle aussi d’avoir subi l’indescriptible.
Ils l’ont laissée pour morte, cadavre au milieu des cadavres .C’est elle qui le dit.
Elle a rampé.
Elle s’est trainée sur la terre et les cailloux.
Elle ne sait plus comment elle a réussi à quitter son village , ni qui l’a recueillie et soignée suffisamment pour la maintenir parmi les vivants et lui permettre de chercher un abri.
Il y a huit mois,c’était une mère de famille heureuse dans un village tranquille.
Une éternité s’est écoulée .
Elle n’a plus rien, que ce bébé qui grandit dans son ventre et qu’elle tente d’aimer malgré tout .
Elle est magnifique et terrible de dignité et de souffrance.
Pensez à elle, à toutes ses sœurs de douleur.
Pensez à elle, à sa petite fille morte ,pensez à toutes ces femmes et ces enfants assassinés .

 

Moi,j’ ai du mal à ne pas y penser ce soir encore

2 réflexions au sujet de « GUERRE »

  1. LIlou

    Ces femmes n’arrivent pas dans mon cabinet d’un fond de vallée savoyarde.
    Merci d’être là, toi, pour les accueillir et écouter leurs souffrances immenses.
    Et de les retranscrire pour que personne ne puisse dire « Je ne savais pas ! »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>