Archives mensuelles : décembre 2014

BISOUNOURS DE NOEL

Cher Père Noël,

Je viens de me souvenir que ça fait bien cinquante ans que je ne t’ai pas écrit.

J’ai des excuses.

Tu te souviens de Madame PasUnBruitDansMaClasse ??? Si,si tu sais bien,le dragon de cours élémentaire filles première année!!J’ai encore des crampes dans le cœur d’avoir été punie pour avoir chuchoté aux copines dans la cour de récré que j’avais des doutes sur ton existence.Vois-tu,mes laborieuses  cent lignes au porte-plume baveur de « Je ne dois pas dire que le Père Noël n’existe pas » j’espère qu’elle te les a envoyées et que tu les as encadrées au dessus de ta cheminée, hein, parce que les taches d’encre ,je les vois encore certains soirs étoiler mes doigts.

Mais passons,ce n’était pas ta faute si je n’avais pas eu dans mes petits souliers le merveilleux costume d’Alsacienne pour lequel j’avais été sage au moins quinze jours ! Une éternité, à 7 ans, tu en es convaincu, j’espère.

Entre toi et moi c’est une longue histoire, ne restons pas sur cette brouille stupide et réconcilions nous.Parce que ces temps ci je veux te remercier du petit coup de pouce que tu m’ as accordé encore une fois.

Grâce à toi, remplir certains petits souliers sera plus facile.Et j’en ai aligné,des bottes,des pantoufles,des chaussons ,des babouches et même des pieds nus cette année au fil de mes dossiers.Et on ne peut même plus compter sur l’âne et le bœuf pour réchauffer les petits petons ,il y a belle lurette qu’ils ont déserté la ville.

Pourtant, grâce à tous ceux qui répondent présents quand je les sollicite, grâce à tous ceux pour lesquels tu n’es pas qu’un vieux bonhomme bien nourri qui chante d’éternelles rengaines à clochettes,grâce à ceux qui jour après jour donnent du temps et de l’attention,grâce à GrandDirecteurDeMagasinTrèsConnu , cette année encore mes petits Jésus perdus auront vêtements et jouets, au moins.

Je t’ai percé à jour, je sais que tu triches quand tu prétends ne venir qu’une fois l’an.

Je te rencontre bien plus souvent et je te dis merci de travailler incognito le reste de l »année.Mais chuuuuut, je ne le dirai à personne.

Ou presque.

A l’année prochaine,cher père Noël, même date, même lieu, même heure.

                             Rose de Noël

PS regarde dans même dans tes réserves,on ne sait jamais.Si tu retrouves tout au fond de ton grenier un costume d’Alsacienne,c’est pour moi.J’ai été très sage, tu sais pendant toutes ces années.

 

 

GUERRE

Je m’étais dit que j’allais vous envoyer une petite lettre sympa, une chouette histoire de Noël avec joli décor hivernal, flocons qui tourbillonnent gracieusement sur fond de nuit de garde et miracle de la vie, paquet cadeau de fin d’année pour mes fidèles et endurants lecteurs.
J’avais même choisi le titre, tiens, la cigogne de Noël, un vrai conte à vous embrumer les yeux de joie et de sérénité.
Mais cet après-midi, ma belle enluminure s’est consumée dans les larmes de la patiente que je recevais.
Elle m’a dit l’indicible.

J’ai écouté l’inaudible récit.

Elle m’a rappelé l’horreur absolue qui s’en prend aux femmes, aux faibles, aux humains que d’autres humains écrasent et réduisent à néant.
Elle est d’un pays en guerre, peu importe lequel.Ils se valent tous quand les hommes sont barbares et écrasent tout ce qui s’oppose à leurs saletés de croyances.
Elle a été violée,violée et encore violée, elle connait le nombre exact de ses bourreaux.
Son mari et ses fils ont été assassinés devant elle et sa fille de 8 ans qui est morte elle aussi d’avoir subi l’indescriptible.
Ils l’ont laissée pour morte, cadavre au milieu des cadavres .C’est elle qui le dit.
Elle a rampé.
Elle s’est trainée sur la terre et les cailloux.
Elle ne sait plus comment elle a réussi à quitter son village , ni qui l’a recueillie et soignée suffisamment pour la maintenir parmi les vivants et lui permettre de chercher un abri.
Il y a huit mois,c’était une mère de famille heureuse dans un village tranquille.
Une éternité s’est écoulée .
Elle n’a plus rien, que ce bébé qui grandit dans son ventre et qu’elle tente d’aimer malgré tout .
Elle est magnifique et terrible de dignité et de souffrance.
Pensez à elle, à toutes ses sœurs de douleur.
Pensez à elle, à sa petite fille morte ,pensez à toutes ces femmes et ces enfants assassinés .

 

Moi,j’ ai du mal à ne pas y penser ce soir encore