ET VOTRE PREMIERE GARDE C ‘ ETAIT COMMENT

Mais mais mais !! Je viens de me relire depuis le premier article, et j’ai réalisé que je ne vous ai jamais narré ma toute première garde !!!

Celle qui m’a vue louper …au moins un accouchement ?

Celle qui m’a valu de terminer les plus longues merveilleuses 24 heures de garde de ma fantastique carrière  en larmes et à bout?

Non, je n’ai pas encore osé démolir ma réputation devant vous et ramener mon ego à de justes proportions.

C’est le moment, suivez-moi dans le couloir de la salle de travail.

Je passe devant, parce que c’est quand même moi qui raconte, hein ?,,

Donc, figurez-vous une jeunesse (tout juste 22 ans, héhé ) en blouse rose arpentant comme un seigneur de guerre un superbe champ de bataille : clinique privée adossée au CHU, deux vrais gynéco diplômés, échographiste et biologiste dans la place, des internes pas trop loin..Une ambiance provinciale, certes,mais des méthodes pas si éloignées de MégaVille .

Bon,d’accord, les déclenchements à la quinine, je ne connaissais pas.

Les périnées sans épisiotomie, pas vraiment non plus ! Pfff,qu’est-ce que tu vas bien faire avec tes ciseaux que la nature ne peut pas faire elle même ? m’a dit un jour SuperChef . Et pourtant, c’étaient pas les ciseaux qui nous manquaient, hein, vu le nombre de paires que j’ai pu recevoir en cadeau d’accouchée.Habitude locale et tradition ménagère sans doute!

D’ailleurs, de façon surprenante et à contre-courant de ce que mes monitrices m’avaient fait entrer dans la tête, je n’ai jamais eu à déplorer de complications périnéales ni de déchirures sérieuses tant que j’ai travaillé dans ma petite clinique campagnarde au rythme des bébés.Sûrement que le périnée des champs qu’on laisse s’assouplir tranquillement est moins fragile que le périnée des villes ?

Mais bon,je m’égare. Revenons à nos vaches à cette première garde !

Au début de ma première garde, j’ai eu un morceau de chance,une fois ! comme le brave Jolitorax,des mes lectures d’enfant. Parce que j’avais beau être née à au bas mot 10 lieues de la charmante préfecture où j’officiais désormais pas loin, j’étais en terre étrangère.Et la salle de travail inoccupée me permettait de prendre quelques marques avant le grand saut.

Ici, pas de problèmes de toilettes à faire au jet rotatif récalcitrant bock, les accouchées détestaient ça.Et moi donc, comme je les ai délaissés avec joie, cet indomptable tuyau sournois, cette eau toujours trop froide, ce misérable instrument dignes des temps obscurs !!! Un petit coup d’œil, une main autorisée tout juste à masser un peu le ventre et hop, un regard vous invitait à sortir vite parce que les visites arrivaient.

Certes, j’avais fait un pansement de césarienne, ou peut-être deux, le matin en arrivant en garde. Avec papotages sur MégaVille, les nouvelles vont vite dans ces cas-là. Je crois me souvenir m’être sentie plus guide touristique que sage-femme, mais c’était plaisant.

En fin de matinée, quand ils ont fait leur apparition, serrés l’un contre l’autre à la sortie de l’ascenseur, je les ai accueillis avec enthousiasme .

Mes premiers clients futurs parents,pour moi toute seule !!!

Pas de deuxième année empressée avidement autour de nous. « Dis,c’est une primi ? Tu me la laisses,hein, dis ? J’ai jamais fait encore,dis !!»

Pas de sage-femme suspicieuse pour mettre en doute mon examen. « Et son col, vous ne le trouvez pas un peu rigide,là ? Et la tête,elle est encore un peu haute,non ? »

Pas d’interne en vue à la recherche d’un p’tit bidule pathologique pour compléter sa formation « Dis,elle a eu une pelvimétrie ? Parce que je trouve que sa hauteur utérine,hein ! Mais bon,c’est toi qui vois ! »

Nan,j’étais sûre de moi.

Contractions OK ? Oui,M’dame.

Dilatation commencée? Trois centimètres,oui oui, Mdame ! Col tout souple et bien effacé

Présentation engagée ? Oui,ça descend bien pendant la contraction,M’dame !

Foetus bien positionné ? Oui,règlementairement en occipito gauche antérieure,M’dame !

Parfait, je reviens dans un petit moment.

J’ai installé mon jeune couple en chambre, je leur ai bien expliqué où était la sonnette, et je suis allée vaquer.

Je suis revenue après une heure,parce que je m’étonnais de ne pas avoir d’appel.

Tout va bien ?

Oui, contractions toutes les 5 minutes,non pas trop mal,j’ai suivi les cours, bébé en forme.Déception,le col s’en tient à ses 3 centimètres.Bon, un peu de patience, je reviens dans une petite heure.

Trois fois encore j’ai fait mon petit tour de piste.Rien, pas l’ombre d’un frémissement dans la dilatation.Un col imperturbable fixé à 3 malgré la bonne volonté des participants, utérus et bébé en tête.

John Wayne passé faire coucou conseille un coup de pouce médicamenteux.J’obtempère mais mon fabuleux cocktail, LargaDolo puis ocytociques pour les plus anciens, pourtant réputé à l’époque dans toutes les salles de travail ne réussit pas à convaincre ce foutu col récalcitrant Trois centimètres semblait être son maximum .

J’ai tout essayé,Votre Honneur,je le jure!

J’ai fait bouger la brave petite patiente,j’ai appelé à la rescousse tous les saints pharmaceutiques que je connaissais (heu, pas tant que ça en réalité), malgré toute la bonne volonté et le courage de mes troupes de la future mère et de l’enfant, rien n’y fit.

La mort dans l’âme je suis allée jeter mon tablier de caoutchouc déposer les armes aux pieds de Jonh Wayne dans la soirée.Mon communiqué de capitulation était des plus laconiques.

Col centré souple, dilatation bloquée à 3 depuis plus de cinq heures.

John Wayne sortit son bistouri, sauva ma réputation au final en déclarant qu’il avait déjà vu ça plusieurs fois,que c’était juste une épreuve du travail non concluante,tout simplement!

Mais j’étais vexée. Toute imprégnée de mes cours et auréolée de mon diplôme,je n’avais pas réussi à vaincre,pffff . Mon degré de dépit était proportionnel au nombre d’ampoules de médicaments que j’ai rageusement jetées ensuite.

Heureusement,les parents ont été adorables, ils ont jugé que je m’étais bien décarcassée pour eux.et que je méritais ma paire de ciseaux,mes dragées dans une jolie tasse et ma bouteille de bulles .

Baptême du feu et grande claque pour mon ego, c’est ça aussi le métier.

Ca calme pour la suite

 

5 réflexions au sujet de « ET VOTRE PREMIERE GARDE C ‘ ETAIT COMMENT »

    1. reinemere Auteur de l’article

      Voilà,voilà mais je garde le com !!! Ha le bock! La plus vieille sf du chu ne fonctionne encore qu’avec ça. Et c’est SON bock hein, avec toilette à tout le monde, J0 à J2!

      Les parents offraient une paire de ciseaux? (on dirait que je parle d’une époque fort lointaine, pardon! )

      Répondre
    1. reinemere Auteur de l’article

      Toujours agréable d’être ma petite pierre qui lance d’autres petites pierres ! Bienvenue dans la « blogosphère »

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>