ET A MA PLACE VOUS FERIEZ QUOI

En PMI, j’ai l’occasion de bien m’énerver, des fois .Souvent même. Tous les jours, en y réfléchissant bien.

Mais bon, à quoi ça sert, hein, que je râle parce que Cindy a encore pris 4 kilo ce mois-ci. Pas la peine de lui redire qu’il faut manger équilibré, elle le sait. Elle regarde la télé, Cindy. Le coup des cinq fruits et légumes par jour, elle me le récite comme un bon petit disciple médiatique.

Sauf que les fruits et légumes pour elle ça se résume à ceux qu’elle peut dégoter avec sa mère après le marché, les laissés-pour-compte, les moches, les invendus jetés à même le sol patiemment récupérés et triés par les petites mains de la misère. Et ils sont nombreux, ces temps-ci, les glaneurs ! Comme elle dit, Cindy, avec ce qu’on ramasse, ma mère nous fait du bon manger. Sinon, je pourrais pas faire comme ça serait bien. Mais quand même faut bien manger des trucs qui remplissent le ventre, les jours sans marché ! Bienvenue aux raviolis dégoulinants de mauvaise sauce, aux machins chimiques panés et aux desserts bien glucosés fournis par les restos du cœur, que si ils étaient pas là, je sais pas je ferais comment.

Sa syntaxe est pourrie, à Cindy, comme les légumes dont elle essaie de se nourrir mais elle se construit à coup de barbarismes naïfs une vie modèle. Alors, non, je ne peux pas lui dire à Cindy, que les frites et nouilles à la sauce tomate à chaque repas, question équilibre alimentaire, c’est un mauvais plan .Non, je la rassure même, ça n’est pas elle que j’ai envie de culpabiliser !

 

Et pour Mélissa qui n’a pas fait les examens biologiques ni l’écho que j’ai prescrits le mois dernier, je pique une grosse rage, ou je laisse tomber, à votre avis ? Parce que Mélissa, elle a bien une carte vitale, mais ses droits se sont égarés lors d’un changement de caisse, il y a quelques mois. Bien sûr, si elle fait l’avance des frais, elle sera remboursée, plus tard. Un jour. En attendant, y a juste assez de sous dans sa musette de serveuse pour payer l’obligeante voisine qui garde Nénette, son ainée de vingt mois .Que même elle est sympa, la voisine, elle aide un peu Mélissa pour le repas du soir auquel Nénette a droit gracieusement avant que sa mère ne la récupère à minuit en sortant du boulot.

Vous savez quoi ? Non seulement, je ne m’emporte pas, mais je vais me fendre d’une prise en charge PMI pour Mélissa, pendant que c’est encore possible. Parce que les braves petites Mélissa qui se lèvent à 6 heures du matin pour aller bosser dans un bar à l’autre bout du département et en revenir à nuit noire, que voulez-vous, j’ai du mal à considérer qu’elles profitent indûment des aides sociales !

 

Quant à celle qui déboule dans mon bureau, venant de je ne sais quel pays, par je ne sais quels obscurs chemins périlleux, sans papiers, sans rien d’autre qu’un rêve de fraternité et d’espoir qui se brise sur nos raideurs administratives, je ne vous dirai pas ce que je fais. Elle est enceinte, je suis sage-femme. Que cela vous suffise pour imaginer la suite, et vous explique pourquoi je râle plus souvent qu’à mon tour.

5 réflexions au sujet de « ET A MA PLACE VOUS FERIEZ QUOI »

  1. Etienne

    Mais voyons, tu sais bien que ces gens-là, si ils sont dans cette situation, c’est qu’au fond ils ne font pas beaucoup d’effort.
    Pis de toute façon, les politiques ils le disent bien à la télé, on peut pas faire autrement, il faut de la rigueur et de l’austérité.
    Tant pis si en passant on casse les derniers filets de protection qui peuvent encore te rattraper quand tu dégringoles, hein, on peut pas payer pour les autres, hein, occupés qu’on est à ménager la chèvre et le choux pour finalement attraper à la fois la peste et le choléra.

    Répondre
    1. reinemere Auteur de l’article

      Au début,je m’énervais,je ne comprenais pas ces parents qui craquent,les mères qui ne viennent pas aux rendez-vous ,celles dont les enfants ont des chaussures trop grandes ou trop petites,celles qui font un scandale parce le petit a perdu un pull ou juste un cahier,ou celles qui n’ont même pas quelques euros pour la sortie scolaire et le voyage scolaire indispensable .Maintenant,je comprends et je râle toujours,mais plus contre eux

      Répondre
  2. faribole

    un jeune que j’ai connu tout petit tracte pour la peste brune au marché… gros choc pour moi
    je ne savais pas par quel bout l’attraper, je vais lui faire lire des extraits de ton blog je crois
    faut que je trouve la force de me confronter

    et aussi, entendu au marché l’autre jour, 2 garçons à casquette, look « zyva » :
    « allez, le marché c’est trop bien, moi jtejure, j’aurais la thune, j’irais »

    je viens seulement de lire un gentil mail que tu m’as posté il y a un moment, c’est une boite que j’utilise tous les 1000 du mois (honte, adresse pour surfer…)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *