MAUVAIS JOUR

Quelquefois, quand je referme la porte de mon bureau, j’aimerais bien me réveiller, tout d’un coup, et me dire avec soulagement que  j’ai juste cauchemardé ma journée.

J’aimerais ouvrir les yeux au pays des maternités heureuses, là où toutes les patientes sont souriantes, bien entourées. Heureuses. Comblées.

Le doux pays où aucune grossesse n’est malvenue, plouf plouf plouf, c’est toi qui as la fève, même si tu n’en veux pas avec tes trois enfants placés, ni toi avec tes quinze ans envolés au fond d’une cave… Pas plus que toi  avec ton donjuan à la petite semaine qui te réconforte à coups de beignes…

Le généreux pays où  aucune grossesse n’est refusée, Am Stram Gram toi tu n’en auras pas, même si tu en crèves de chagrin. Oh tu en serais digne, comme tu ne mérites pas les fausses-couches qui jalonnent ta vie, les bébés  juste esquissés dans  ton ventre inhospitalier, à peine entrevus en songe…

J’aimerais me boucher les oreilles lorsqu’au téléphone tu me  jettes d’un trait ton histoire, parce que je trouve que la vie des femmes est déjà assez compliquée sans que les docteurs Frankenstein la transforment en séance de roulette russe . Alors oui, je ne suis pas  à l’aise quand d’une voix posée tu m’expliques que ta grossesse est inespérée. Pensez donc, à ton âge, , avec ce cancer qui t’a bouffé la moitié de ta vie et tous tes espoirs de maternité, c’est juste formidable que la science t’ait offert ce merveilleux tour de passe-passe. Un petit voyage à l’étranger, un gentil savant fou qui t’offre moyennant toutes tes économies trois petits haricots magiques pour te faire accéder au merveilleux pays des maternités heureuses et je ne serais pas éperdue d’admiration ?

Eh bien non, je n’exulte pas d’allégresse, même si je suis  prête à espérer un miracle.

Je pense à tous les vilains loups qui vont t’attendre au coin de la pathologie, ceux dont le médecin qui te suit ici te rappelle l’existence à chaque consultation.Si tu savais ce qu’il pense de toi et de ton refus obstiné de simplifier ta grossesse par cet acte inenvisageable pour toi de réduction embryonnaire.

Malgré tout, je comprends aisément que le capitaine veuille sauver tout son équipage,quitte à périr avec lui.

Moi non plus je ne pourrais pas tirer à courte paille qui doit vivre ,qui doit mourir…

Neuf mois c’est très long quand on a 46 ans pour une première grossesse et qu’on attend des triplés qui ne sont pas vos enfants génétiques.Je vais faire ce que je pourrai.Je t’écouterai,je te soutiendrai.

Je mettrai un cierge à Sainte Rita,sois en sûre.,pour que tu franchisses tous les Charybde et Scylla de ta grossesse.

Mais quand même affleurent à ma mémoire les propos de Maitre Rabelais « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » quand je pense à l’inconscient médecin qui t’a vendu ce rêve périlleux…Je ne l’admire ni l’estime.

2 réflexions au sujet de « MAUVAIS JOUR »

  1. marie

    Ca me rappel malheureusement, ce couple charmant, qui avait été dans un pays limitrophe pour avoir cet enfant tant désiré que la nature vous refuse apres 45 ans.
    Le papa se retrouve maintenant seul avec un « enfant-abimé » et le souvenir de sa femme partie trop tot sans même avoir pu embrassé ce bébé …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>