CE QUE JE SAIS DE 1914 -1918

1914… 2014…La Grande Guerre

Bientôt commenceront les commémorations … Des discours que je n’écouterai pas…L’hommage aux poilus, je l’ai rendu il y longtemps déjà…

Pour moi, la Grande Guerre c’est à tout jamais un vieux monsieur qui marche lentement entre des rangées de croix blanches…

 Ce brouillard qui s’effiloche en fils laiteux au dessus des arbres, je pourrais le trouver beau….

 Je pourrais apprécier le calme et la sérénité de cette tranquille plaine  si mes yeux n’étaient pas rivés sur une silhouette fragile…

Il va à petits pas, parce que ses chaussures le serrent un peu .Dame, ça change des sabots tournés au moulin du bief par le sabotier du village …

Il va à petits pas, parce qu’il fait une pause devant  chaque croix pour y verser une ch’tite goutte de son aligoté préféré qui a voyagé avec nous, bien calfeutré dans ses langes de toile pour qu’il ne lui arrive rien…Un peu du pays venu en libations silencieuses sur l’herbe drue….

« Qu’est-ce tu lis donc, p’tiote ?  Tu t’arrêtes donc jamais ? Profite, c’est les vacances !

                          -Je révise mes cours d’histoire. La grande Guerre J’en suis à l’offensive Nivelle, celle de…

-Pas la peine, crapouille, j’connais la date…16 avril 1917.J’y étais…Ai fait Verdun, moi, t’ sais, p’tiote. Même que Verdun m’a pris un poumon .Et mes potiaux d’la tranchée….

J’y suis jamais r’mis les pieds, mais faudra ben qu’j’les prévienne que j’arrive, tu vois, p’tiote , il est grand  temps…

Tiens, j’m’en va d’mander à ton père d’nous y conduire c’dimanche…. »

 

C’est ainsi que se monta l’expédition.

Il est beau, le Claudius. Il a mis son costume des jours importants, celui des mariages et des enterrements…Certes  le col de la chemise est resté ouvert sous peine d’étrangler son porteur et le Claudius n’a pas renoncé à sa ceinture de flanelle soigneusement drapée .Cela lui confère un curieux maintien, cérémonial guindé et  confort douillet  mêlés, mais il a fière allure, assis à l’avant de la voiture….Sa casquette penche un peu, elle aussi a dû écluser quelques chopines blanches pour se donner de l’allant. Les premiers kilomètres il se montre plutôt disert, s’écarquillant les yeux sur des merveilles  que je juge banales : les belles routes bien goudronnées, les mornes maisons modernes où doit triompher le formica, les champs immenses  où tu vois donc c’te matériel des Amériques, quand même, qui dévore la terre à grand bruit…

Au fil des kilomètres les commentaires se font rares, il ne déchiffre plus qu’ à mi-voix les noms des villages que nous traversons .Puis il se contente de murmurer avant que le silence ne s’installe…

Je marche derrière lui, tout au bout de cette allée que le gardien nous a indiquée…

 

« Tiens çui-là l’était instit, avant  ; c ’tait mon lieut’nant. Pis là un gâ d’la ferme que les uhlans y z’avaient brûlée en 70, c’t engeance…Ça leur avait pas suffit, fallut qu’les alboches le prennent… ..C’ qu’on a pu rigoler à des fois quand on s’disait qu’on était encore vivants,  cré bon diou  d’bon diou ! …Tiens, l’Emile, j’avais oublié qu’t’étais là itou…Le galant à la Tavie, un bon gâ…Tu sais, y s’a réveillé mort un matin qu’il en pouvait pus…

Il marche maintenant plus vite, il s’échauffe à reconnaître des noms, il sourit à des souvenirs…Je le suis,  pensivement étonnée de son entrain…

« Qu’est c’ tu vois, là p’tiote ? Des tombes, hein avec des morts dedans.. .? Ben, tu sais, p’tiote, c’que j’vois là moi, c’est pas des morts, c’est des vivants…J’saurais pas t’dire aut’chose. Y m’attendent d’puis lurette, mais a sont vivants tant qu’j’le suis. Après tu s’ras p’tête là pour penser à des fois à nous, non ? »

 

Un vieux monsieur qui va d’une tombe à l’autre…Mon grand-oncle…J’y pense tous les ans, mon oncle. J’essaie de me souvenir de vos noms, le Claudius, et l’Alphonse, le Camille, le Louis et l’Eugène, l’Emile  et tous les autres…J’ai du mal à présent. Je crois que vous allez mourir une seconde fois .cré bon diou d’bon diou….

5 réflexions au sujet de « CE QUE JE SAIS DE 1914 -1918 »

  1. Anna

    Je connais la guerre de 14-18 surtout par les livres, les chansons (je ne peux pas chanter la chanson de Craonne sans verser une petite larme). Plus personnellement, c’est elle qui a privé mon grand-père de son père alors qu’il était tout petit, et je sais que leurs relations on été très dures entre autre à cause de ça.
    Elle s’éloigne, cette guerre. Pour la génération d’en-dessous elle sera sans doute comme ce qu’est 1870 pour nous, quelque chose de lointain dont on ne comprend pas forcément l’importance. Je n’arrive pas à savoir si c’est une bonne ou une mauvaise chose.

    Répondre
    1. reinemere Auteur de l’article

      La chanson de Craonne et la Butte rouge,l’héritage de mon grand oncle (avec d’autres plus joyeuses!!) mes renardeaux les connaissent! et l’explication de textes a été faite ,cela permet de leur rappeler combien la paix est précieuse,et la chance qu’ils ont de ne pas avoir connu(et à jamais,j’espère) la guerre

      Répondre
  2. Isabelle

    Pour mes petits loups, cela est bien loin, mais comme ils ont connu leur arrière grand père qui était tout petit pendant cette guerre et aussi leur arrière grand mère qui est née quand elle a pris fin, il est moins difficile pour eux d’écouter ce que leur père et moi leur expliquons sur cette guerre car ils ont des visages connus à y associer. C’est bien compliqué tout cela…

    Répondre
    1. reinemere Auteur de l’article

      j’ai croisé aussi sur mon chemin une prof d’histoire qui nous a donné la version de l’armistice vue par les yeux d’une petite fille de quatre ans ,les drapeaux,les cloches à toute volée,mais surtout les larmes de soulagement et de détresse pour ceux qui ne sont pas revenus !

      Répondre
  3. Ariane

    Je découvre votre blog et me revois élève puéricultrice quand je pensais que je m’étais trompée et que j’aurais dû choisir sage-femme !
    Tout me parle et je vous lis avec délices.
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>