LE CLAN DES GYNECO

 Quelquefois la salle de travail ressemble à un théâtre de boulevard !

Cette garde-là, c’était un vrai feu d’artifice.

Six déclenchements ? Pas grave, on a vu mieux.

Cinq accouchements spontanés dont des jumeaux un peu pressés.Ça bouchonne..

Pas de problèmes, je descends en salle donner un coup de main. Le couloir de salle de travail est plus fréquenté qu’un péage d’autoroute au mois d’août.

J’y croise des heureux jeunes pères, des futurs heureux jeunes pères en anges bleu avec leur tenue de papier, un anesthésiste débordé, un docteur Pétoches qui s’inquiète de me voir courir avec mon gros ventre, un pédiatre fataliste à l’idée de remplir ses couveuses.

Ma co-garde est en pilotage automatique, survoltée comme jamais Elle râle quand Monsieur Bricolage essaie de glisser une nouvelle patiente. C’est bien simple, même la panseuse du bloc est appelée à la rescousse.

Pétoches me poursuit en grommelant que je vais finir par accoucher prématurément. C’est Helzapoppin en salle de travail. Les portes claquent, les brancardiers font la course pendant que l’auxiliaire lave frénétiquement ciseaux et pinces.

Monsieur Bricolage se prend pour la déesse Kali, je le vois soudain passer avec deux bébés dans les bras. C’est sûr, il va en lancer un au pédiatre.

Nous finissons par vider les salles peu avant minuit. Mamans et bébés sont dûment mis au lit, les papas s’égayent pour répandre les bonnes nouvelles et fêter les heureux évènements.

Enfin une petite pause. Tout est réglementairement calme dans la clinique. Nous vaquons dans une bienheureuse inaction quand tout à coup, patatras, une entrée ! genre je devais entrer demain pour  une césarienne,mais là j’ai mââââl….me dit le veilleur de nuit.

Pétoches et Bricolo sont encore là, effondrés sur le canapé de la salle de repos, l’œil rivé sur l’écran de la télé. Je sens bien que leur bonne volonté tiédit en cet instant.

« C’est à qui ? » grommèle Bricolo. Tiens, penserait-il à un tirage au sort ? Ou à une barbichette, le premier qui rira fera l’accouchement ?

« C’est à qui la patiente ? » demande à son tour Pétoches.

Je me disais aussi..Vérifications faites, elle fait partie du cheptel de Regardez-Moi-Je-suis-Beau. Énorme soupir de soulagement du duo.

« Bon, appelle-le, nous on a fini. »

Oh oh, le clan des gynéco n’est pas très soudé ce soir..

Ma co-garde est sous la douche, c’est à moi de prévenir le gagnant de la nuit de travail qui s’annonce. Regardez -Moi n’a  donné ni consigne, ni  nom de remplaçant. J’appelle donc à son domicile.

C’est sa moitié qui me répond. Elle m’écoute dans un silence religieux quérir l’aide de son docteur de mari.

RAS au bout du fil.

Elle a dû se rendormir, après tout il est une heure du matin. !

Je répète mon message.

D’une voix glaciale, elle m’arrête.

« Mademoiselle, vous avez dans doute mal cherché, ON a déjà appelé mon mari tout à l’heure pour un accouchement. »

Ça alors, suis-je distraite, j’ai loupé Regardez-Moi dans les couloirs….

Pétoches et Bricolo n’en peuvent plus, ils s’étranglent de rire tandis que je raccroche, paniquée .Je viens de griller Regardez-Moi …

« T’inquiète pas, hoquète Bricolo, on te couvre. De toute façon, ça devait arriver.

-Et puis demain, t’es en congés maternité, hein ? » me console Pétoches.

N’empêche que décidément je ne suis pas plus douée pour les déclenchements que pour la paix des ménages !

 

 

 

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « LE CLAN DES GYNECO »

  1. bouclette

    Puis vint le temps du 06….. Alors pour la double vie, ce fut désormais beaucoup plus simple !
    Décidément le théâtre de boulevard en salle de naissance , c’était la belle époque !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>