LA FOIS OU J’AI ETE MALADE attention,âmes sensibles s’abstenir .Vraiment

Quelquefois, le métier de sage-femme est ingrat.

Quelquefois, j’ai regretté de ne pas avoir écouté ma maman qui voulait que je sois archéologue.

Ce dimanche,  par exemple, c’est ce que je me suis dit avant de foncer aux toilettes pour leur restituer tous mes cafés de la journée et même de la semaine….

Aujourd’hui, c’est Pétoches le Grand Vizir.je l’attends pour une urgence gynéco.

La jeune dame sur la table d’examen a  quand même pris le temps de se pomponner. Gênée, elle m’explique qu’elle a appelé samedi  un médecin  de ville qui nous l’envoie pour des « pertes évoquant une affection gynécologique ». J’adore  la formulation des courriers confraternels.

Elle  m’explique qu’en outre, son compagnon se plaint qu’elle, comment dire, exhale une odeur limite repoussante.

Elle a raison, c’est vrai que mon petit nez est chatouillé par une émanation un poil écœurante, comme un remugle d’eau croupie.

J’ai pris sa tension, vérifié sa température et son pouls. Rien ne semble clocher, à part  ce douceâtre arôme.

Pétoches arrive enfin. Il a son air bon-sang-la-rage-j’vais-tout-casser des pires jours. Il hume l’air presque distraitement.

Passons à l’examen. Le spéculum  qu’il pose libère soudain une franche puanteur.

Je comprends juste avant de sortir en courant.

« Ce n’est pas bien du tout, ma petite dame, d’oublier un tampon à la fin des règles, qu’il a dit le docteur Pétoches. Après on a le vagin qui fouette comme la ménagerie du Jardin des Plantes Et puis ça vous oblige à  payer une consultation majorée du coup.»

Je ne pensais pas que Pétoches pouvait être aussi trivial .

Pauvre  patiente … J’ai regretté de l’avoir laissée tomber,mais je n’ai pas tenu.

C’est vrai que le bureau était plein d’effluves sauvages.

 

6 réflexions au sujet de « LA FOIS OU J’AI ETE MALADE attention,âmes sensibles s’abstenir .Vraiment »

  1. bouclette

    Pourquoi ça me rappelle ce que nous disait le grand patron au sujet des tampons périodiques lorsque j’étais élève :  » mesdemoiselles, vos vagins ne sont tout de même pas des armoires à linge !! » ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *