SOUS LE TILLEUL pour les souriceaux de tante Anna

C’est  l’été dans le jardin du presbytère. J’ai sept ans , des barrettes papillons dans les cheveux et des chaussettes en varappe  sur les mollets. Je suis assise à l’ombre du gros tilleul, pas loin de la haie de groseilliers rutilants. C’est l’heure du caté.

Sœur Angélique sait bien que la gourmandise est la petite sœur de la sagesse, et si nous sommes attentifs, nous aurons le droit de picorer notre récompense.

Sœur Angélique  vient de nous apprendre un cantique .C’est super dur à chanter. J’ai un peu  cafouillé sur les dernières mesures, mais Sœur Angélique dit que ça n’est pas grave. Le petit Jésus ne demande pas aux moineaux de chanter juste.

Sœur Angélique vient de donner le signal. Nous avons été bien attentifs, les moineaux ont le droit de se régaler des petites grappes croquantes.

Moi j’attends un peu. J’ai une terrible question qui me trotte dans la tête.

Sœur Angélique m’a promis que notre abbé  pourrait y répondre. Justement, le voilà.

Il m’écoute attentivement.

« Comment y fait, le Bon Dieu pour être avec nous sans qu’on le voie ? »

J’ai dû le vexer, il me laisse toute seule dans l’allée.

Ah non, il  revient. Que fait-il avec un verre d’eau et un morceau de sucre ? J’ suis pas malade, juste curieuse.

« Que vois-tu dans ma main ? »

Ben, j ’suis pas idiote. Un verre d’eau et du sucre.

Il met le sucre dans le verre et mélange un instant.

« Et là, que vois-tu. ? »

Me prend pour une cruche, aujourd’hui, l’abbé. Un verre d’eau, tiens.

« Bois un peu et dis moi si le sucre est encore là »

Révélation théologique. …..

Le Bon Dieu est comme le sucre, soluble dans l’eau,

Ça lui permet  d’être là incognito !

Depuis, le Bon Dieu et moi maintenons une bienveillante distance. J’attends qu’il prenne de mes nouvelles. J’ suis pas pressée, à vrai dire.

Mais j’ai refait le coup du sucre à un de mes renardeaux  qui venait de découvrir  les angoisses de la vie après la mort.

Bien sûr que je serai près de toi quand je serai morte, mon lapinou. Comme le goût  du sucre dans le verre d’eau

Tu sauras juste que je suis là, même si tu ne me vois plus.

3 réflexions au sujet de « SOUS LE TILLEUL pour les souriceaux de tante Anna »

  1. MFS

    Sautant de blog en blog ces derniers temps, je tue l’ennui.
    De découverte en découverte des mondes s’ouvrent à moi.
    Par ici une idée de révolution, par là une grosse émotion.
    Et au milieu de tout ça, cette petite histoire d’eau, de sucre, de vie, de mort, d’amour éclaire ma journée.
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>