LA FOIS OU J’AI FAIT MIEUX QUE MADAME SOLEIL

Je suis redevenue parisienne.Adieu vaches champs et paires de ciseaux à pièce.

Je suis aux prises avec trois fans de médecine moderne: ici on n’accouche pas les femmes, on les déclenche, Mademoiselle.Six à huit par jour.Relâche le week-end.Et hop à la suivante.C’est bien simple à part deux ou trois rebelles qui se débrouillent pour accoucher subrepticement, toutes les candidates arrivent au petit matin, avec leur petite valise et leur mari en bandoulière,comme de braves petits soldats.

Et que je te perfuse, et que je te rompe les membranes et que je te forcepsise à tout va.Accouchement garanti dans la journée.Si plus de huit heures de contractions, césarienne gratuite!

J’ai l’impression d’avoir signé pour une chaine à bébés.Ah je te retiens, ma copine,avec ta pub mensongère de super conditions de travail.C’est le bagne, oui, pour les sages-femmes et pour les patientes.

Pour la peine je boude.Je prends systématiquement la deuxième partie de garde, la nuit.Je laisse à ma co-garde l’agitation de la journée avec l’incessant ballet  de patientes qu’on a à peine le temps de regarder.

Au moins la nuit, ces messieurs ne sont pas là.Ils délèguent le boulot à de gentils remplaçants qui ne râlent pas si je les réveille  pour un petit accouchement spontané.

A moi la nuit et ses naissances feutrées et tranquilles.L’armée de l’ombre de l’obstétrique veille.J’oublie les ocytociques dans les perfusions, je perds ma pince s’il s’agit de rompre les membranes en tout début de travail.Bref, j’ai fondé le front de libération des ventres..

J’ai mauvaise presse auprès des forcenés du coup de pouce – comme ça, Madame vous pourrez vous organiser pour que votre mari soit là – Comme dit le docteur Regardez-moi-je-suis-beau, La nouvelle , elle a de bonnes relations avec les patientes, mais question déclenchement elle n’est pas au point!

Justement, ce week-end, avec le gentil remplaçant, nous avons déjà accueilli trois petits rebelles qui ont échappé au gang des déclencheurs.Et oh surprise ce sont nos rois mages:un bébé caucasien, un collègue africain et un pitchounet du Maghreb.Le remplaçant est un peu pâlot.Il se fait tôt, bientôt l’heure du laitier.Il veut faire un petit dodo avant d’enchainer la garde du dimanche.

Je lui dis le plus sérieusement du monde qu’il n’en est pas question. Il nous reste le bébé chinois.Vous savez, un enfant qui naît sur quatre est chinois!si on veut coller aux statistiques mondiales.Ça nous fait rire cinq minutes.

Une demie-heure plus tard on rit moins.Une patiente vietnamienne vient d’arriver quasiment à dilatation complète.Pendant que nous nous regardons avec un soupçon de crainte, je repense à John Wayne et à Super Chef et à Dodo pour  qui les bébés avaient tous le droit de prendre leur temps.

J’ai déjà envie de repartir:

 

Ce contenu a été publié dans dis, tante Rose, une histoire de quand tu étais petite. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *