EPILOGUE AUX CHAMPS

C’est terminé.Dans quelques jours, j’en aurai fini avec les champs, les vaches et les paires de ciseaux à pièces

Le docteur Dodo se croit dans un pub,il tape sur un haricot en chantonnant « dernière garde, dernière garde » tout en grignotant les bretzels de mon pot de départ.

John Wayne est passé à toute vitesse pour me saluer avant d’entamer son énième rallye de bienfaisance avec Madame son actionnaire.J’ai eu droit à deux claque-joues et une grande belle tasse en céramique rose,j’y crois pas, avec mon nom dessus en belles majuscules . « Pour le café.Vous êtes amatrice, je crois. » Bien observé, John, Surtout à deux heures du mat’

Super Chef s’est surpassé.Il s’est débrouillé pour dégoter une mouture kitsch de Sainte Rita.Pas sûr que la bonne sainte veille encore sur moi, là-bas près Paris si elle remarque sa version saint-sulpicienne à fleurs roses et bleues.Pourvu qu’elle ne change pas en plus de couleurs suivant la météo !

Les aides-soignantes et mes collègues sont restées soft, je pars avec un superbe sac de voyage taille XXL,avec mes initiales brodées sur l’étiquette,

Dodo me prévient qu’il va me faire un bout de conduite, puisque je change de cayenne.

J’ai récupéré toutes mes petites affaires que j’ai fourrées dans le grand sac.Tout à coup, je ne suis plus aussi pressée de partir et je fais une dernière tournée des chambres pour saluer les accouchées de ma dernière garde.Jonquille, Violette, Fuchsia, Tilleul.Un dernier bouquet en somme.

Je suis enfin prête.C’est drôle, j’ai une poussière dans l’œil qui me fait renifler.

Dodo m’escorte jusqu’à la porte.

« J’aimais bien les gardes avec toi, au moins on avait de l’ambiance. »Il sourit.

« Merci, docteur S.Moi aussi je préfère les anesthésies au gaz hilarant. »

Il me tend un petit cartable. « Cadeau du docteur Dodo. » Flûte, il connaît son surnom.. « Pour ta rentrée avec ta nouvelle équipe.Attends pour l’ouvrir. »

Au revoir, Dodo.

Quand j’ai ouvert le cartable, j’y ai trouvé un cahier rose, une trousse rose avec plein de feutres, un centimètre rose, une montre rose à énorme trotteuse, un Pinard en métal rose.Et puis une paire de ciseaux  avec entre les lames une pièce de cinq francs soigneusement passée  au vernis rose.

C’est sûr, un tel cadeau ça ne coupe pas l’amitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>