LA FOIS OU J’AI FAILLI RESTER

Avant dernière garde à la clinique très triste .Âme en peine.

Aujourd’hui c’est l’enterrement de Petit Docteur Corse.

Il avait bien travaillé, notre interne.Il était DOCTEUR à présent et remplaçant officiel de John Wayne lorsque l’homme de l’art était en opérations extérieures.

C’est le moment qu’avait choisi la petite tache, tu la vois là, sur ma radio dans le lobe pulmonaire, pour faire alliance avec le petit pois opaque qui lui grignotait le cerveau.Son cancer n’avait pas du tout l’âme corse et travaillait à grande vitesse.

Vaincu,le petit docteur corse avait pris le maquis vers le paradis des docteurs.

Le docteur M avait pris sa place.Très gentil, le docteur M.Travaille très bien, le docteur M.

C’est le fils du grand patron M., celui qui a son nom en belles lettres majuscules sur le gros volume que mon papa à moi m’a offert pour mes études.

Précis d’obstétrique,c’est le titre du bouquin qu’il a écrit, le papa du docteur M.

Un peu comme si Adèle Hugo venait me réciter les œuvres de Victor..

Je suis intimidée.Je viens de faire un accouchement sans qu’il intervienne, le docteur M.

« Allez-y, je vous regarde » il a dit.Le poupon est arrivé en douceur.Peut être le fantôme de l’âme corse…

Je fais ma paperasse sur un coin du bureau sous le regard pensif du docteur M.Il y a quelques mois, sa femme a mis au monde leur quatrième fille.Petit Docteur Corse et moi on a pensé à une chouette formule pour le faire-part de naissance, genre les quatre filles du docteur M.On a bien ri ,entre nous.

Il est bien urbain, le docteur M.Il m’a proposé de garder la boutique si des fois je voulais aller à l’église.J’ai dit non, parce que dans le livre du Grand Patron, il n’y a pas écrit qu’après l’arrivée triomphale du bébé il faut ranger la salle et faire le ménage et la paperasse ,et aussi la vaisselle.Et aussi répondre aux sonnettes et passer le bassin à Madame Pervenche tandis que Madame  Émeraude hallucine près sa césarienne .Non , il ne sait pas que c’est quand Madame Turquoise est enfin délivrée, elle, que les travaux forcés commencent pour la sage-femme et l’aide soignante.

Et puis de toute façon, Le Petit Docteur est déjà loin.Pas la peine d’agiter mon mouchoir.

« C’est l’heure de la visite ? » suggère le Docteur M.

Oui, tiens, allons déambuler dans le couloir en poussant ce stupide chariot de dossiers qui fait scrouitchi-scrouitchi sur le lino imitation galets (une idée de Madame John Wayne )

Le docteur M.soupire. « Ah, ce canari.La prochain fois j’apporte mon fusil à bouchon et je le dégomme! ». Il réfléchit un peu. « C’est dommage que vous partiez, vous vous débrouilliez plutôt bien. »

Merci, docteur Hugo

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>