Archives mensuelles : avril 2013

LA FOIS OU J’AI CRU AUX FANTOMES

Me voilà dans le couloir de consultations de ma clinique du fin fond de la campagne.

Deux médecins accoucheurs très doués pour la chasse-ruralité oblige-et les soirées chics du Rotary Club.Mais qui nous laissent faire les accouchements parce que ça c’est toujours fait comme ça ici.Gardes de 72 heures.Accouchements par nos petites mimines de sage-femme,le DOCTEUR (quand les patientes prononcent le mot magique,je vous jure qu’on entend les majuscules)n’intervenant avec majesté et distinction que quand ça craint vraiment,parce que enfin mon petit je vous fais entièrement confiance.

Pas mal de travail.Forcément on est la seule clinique à 70 kilomètres à la ronde et que vous comprenez,on préfère la clinique à l’hôpital parce qu’il y a des chambres particulières et que la famille peut venir après 20 heures.On mérite bien ça quand même ,Mademoiselle.

Or donc la secrétaire vient de me faire descendre pour expliquer un résultat d’échographie à une dame,que c’est un peu compliqué à lui dire comme ça.

Ah bon le médecin il peut pas?

Ben non,il a dit de vous demander,que vous sauriez lui dire à la dame..

C’est pas déjà un peu louche,là?

Bien.Le couloir.Une enfilade de chaises respectivement occupées  par une très vieille dame,une vieille dame et enfin une dame (le grand air de l’est,ça vous tanne un peu avant l’âge quand vous passez votre vie aux champs!)

Rapide concertation avec moi-même tandis que je parcours le compte-rendu d’écho.Grossesse de 24 semaines .Tiens ,un garçon.Tout va bien à priori.Pourquoi l’échographiste n’a-t-il rien dit?

Je me lance en tendant l’écho à la plus jeune des Parques.

« Voilà,Madame Bidule,l’examen est rassurant.Votre grossesse se passe très bien et vous en êtes à cinq mois »Tiens la prochaine fois je compterai en lunes,pour la campagne ,c’est mieux.

La Parque me fixe un instant avant de déclarer sèchement

« C’est pas pour moi,c’est pour ma mère.

Son médecin lui a dit que c’était grave,peut-être un fibrome ou un cancer ,et qu’on allait lui faire la totale. »

Bang.Pour l’instant la totale elle est plutôt pour moi.Dans mon dos la secrétaire glousse.Oh Dieu des Sages-Femmes ,donne moi les mots pour expliquer aux trois statues figées que le fibrome a toutes les chances d’avoir aussi des poumons pour brailler aux oreilles de sa mère d’ici quatre mois..

Je repars en campagne devant la Parque intermédiaire.J’enchaine très vite les explications bredouillantes que des fois on croit que la ménopause est arrivée mais que c’est pas vrai et que des fois ça revient et qu’on peut être enceinte même à oh làààààlà cinquante quatre ans me glisse obligeamment la secrétaire.

Et là dans un silence glacial ma Parque me lâche que c’est pas possible Mademoiselle,je suis veuve depuis quatre ans.

Ben quoi je sais pas y a peut être des fantômes lubriques dans les bottes de foin?

Et d’un coup je comprends le nœud du problème.Maintenant il va falloir reconnaître que le garçon de ferme eh bien il faisait un peu plus que s’occuper des bêtes et donc affronter les petits commérages des voisins si attentionnés.

C’est la dernière Parque qui aura le mot de la fin.Elle se lève très dignement et juste avant de sortir elle se tourne vers moi.

« Au moins il lui a fait un garçon!ça sera au moins ça pour la ferme.Parce que l’autre il n’avait réussi qu’à lui faire des filles. »

Grand soupir de la sage-femme imaginant la vie quotidienne de ces matriarches rurales.

Eh oui c’est comme ça par ici me glisse la secrétaire hilare.

Quatre mois plus tard un superbe petit gars en pleine forme s’époumonera dans le berceau de ses sœurs.J’aurai droit aux dragées du baptême et à une paire de ciseaux enserrant dans leurs branches une pièce de cinq francs c’est pour pas que vous soyez fâchée,Mademoiselle sinon ça coupe l’amitié un cadeau pareil.

Mais on vous aime bien quand même.